05/2020 - Publication CRISALIS #Dupilumab #Asthme sévère #Programme national accès précoce

Les membres du réseau CRISALIS /F-CRIN ont contribué à l'obtention des données  en "vie-réelle" du dupilumab en France dans le cadre du programme français d'accès précoce d'utilisation (Autorisation Temporaire d'Utilisation nominative, ATUn) pour les asthmatiques sévères non contrôlés en impasse thérapeutique. L’utilisation du dupilumab dans cette indication a ensuite été validée par la commission Européenne en mars 2019.

Les résultats ont été publiés en mai dans la revue « Clinical & Experimental Allergy »

 

Effectiveness and safety of dupilumab for the treatment of severe asthma in a real‐life French multi‐centre adult cohort. Clin Exp Allergy. 2020 May 29. doi:10.1111/cea.13614. Online ahead of print. PMID: 32469092

Co-auteurs : Clairelyne Dupin, Drifa Belhadi, Laurent Guilleminault, Anne‐Sophie Gamez, Patrick Berger, Frédéric De Blay, Philippe Bonniaud, Christophe Leroyer, Guillaume Mahay, Pierre‐Olivier Girodet, Chantal Raherison, Stéphanie Fry, Geneviève Le Bourdellès, Alain Proust, Lise Rosencher, Gilles Garcia, Arnaud Bourdin, Cécile Chenivesse, Alain Didier, Camille Couffignal, Camille Taillé

 

  • Voici un résumé de la publication

L’ouverture d’une autorisation temporaire d’utilisation nominative(ATUn) a permis de traiter par dupilumab (anticorps monoclonal anti-IL4/13R) des patients asthmatiques sévères non contrôlés, en impasse thérapeutique, souffrant d’effets secondaires lourds des corticostéroïdes et/ou d’exacerbations sévères menaçant leur espérance de vie.

Une étude rétrospective multicentrique a été conduite dans les 13 hôpitaux français ayant fait une demande d’ATUn pour du dupilumab. L’étude a été enregistrée dans la base de données internationale Clinicaltrials.gov.

L’objectif de ce travail est d’évaluer l’effet du dupilumab sur le contrôle de l’asthme en comparant les données cliniques avant et 12 mois après de traitement.

Les résultats de cette étude ont été obtenus à partir de l’analyse des données hospitalières de 64 patients ayant reçu ≥1 injection de dupilumab. Les patients avaient en moyenne 51 ans incluant 53% de femmes ; 76% des patients étaient sous corticoïdes oraux au long cours avant le début du traitement.

Après 12 mois de traitement, une amélioration du contrôle de l’asthme a été observée avec un score ACT passant de 14 [7-16] à 22 [17-24] (P <0.001); une VEMS (FEV1) augmentée 58% [47-75] à 68% [58-88] (P = 0.001); une dose quotidienne réduite de prednisone de 20 [10-30] à 5 [0-7] mg/d (P < .001). Les exacerbations annuelles ont également significativement diminué passant en moyenne de 4 [2-7] à 1 [0-2] (P <0.001). Une hyperéosinophilie ≥ 1500/µL a été observée chez 25% des patients (16), persistante plus de 6 mois chez 14% d’eux. Cette augmentation du nombre d’éosinophiles sanguins n’a pas modifié la réponse clinique observée sur la durée de l’étude (pas de symptomatique liée, pas de modification du traitement et enfin pas de différence significative entre les patients ayant présenté une hyperéosinophilie et les autres). Trois décès sont survenus pendant l’étude, aucun n’étant attribué au traitement.

Dans cette 1ère étude en vie réelle portant sur des patients asthmatiques sévères dépendant aux corticoïdes, le dupilumab est associé à une amélioration significative du contrôle de l’asthme, une réduction du nombre d’exacerbations, une amélioration de la fonction pulmonaire et une diminution de la consommation de corticoïdes oraux. Malgré les limites dues à l'étude rétrospective, ces résultats sont cohérents avec les données d'efficacité des essais contrôlés. Des études supplémentaires sont nécessaires pour évaluer la signification clinique et le pronostic à long terme de l'hyperéosinophilie induite par le dupilumab.

 

  • Pour en savoir plus :

- pour accéder au résumé de la publication en anglais : cliquez-ici
- pour accéder à l’actualité
parue dans la revue française « Revue des Maladies Respiratoires » : cliquez-ici